• Berlusconi : symbole de l'Italie décadente

    S'il y a un sujet sur lequel il peut y avoir un consensus bipartisan, c'est sur celui de l'actuel Président du conseil italien, Silvio Berlusconi. Bien sûr, Romano Prodi a été victime de nombreuses dissidences au sein même de sa majorité, qui fut assez hétéroclite, rassemblant aussi bien des chrétiens de gauche que des militants de la cause gay. Seulement, on peut se demander comment Silvio Berlusconi a-t-il pu se faire à nouveau élire en tant que Président du conseil, poste qu'il a occupé dès 2001 et où il a fait preuve de son incompétence en la matière sans même parler des affaires judiciaires qui ont éclaboussé tout son mandat.

    Ainsi, durant son actuel mandat, il a non seulement récidivé, mais a commis le pire : on le soupçonne ainsi d'avoir sollicité sexuellement des jeunes filles mineures (voir ici et ici).

    Autant dire qu'on a réellement le sentiment que l'on a touché le fond. Comment un homme aussi amoral peut encore se maintenir à son poste et gouverner son pays ? Aux Etats-Unis, les chambres du Congrès faillirent destituer le Président Bill Clinton parce qu'il aurait obtenu une faveur sexuelle d'une stagiaire. Dans le cas italien, il semble que nous en soyons très loin !

    Autant être franc, la meilleure chose que l'on puisse souhaiter, est qu'il perde les prochaines élections, permettant une victoire de la gauche italienne. Dans le cas présent, trop, c'est trop. L'Italie se grandirait fortement en décidant de mettre au pied du mur un homme qui ne cesse de la ridiculiser aux yeux du monde.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :