• La bonne gestion plutôt que l'austérité européenne

    La rigueur frappe partout en Europe, de l’Irlande à l’Italie, la plupart des gouvernements ont donc décidé de mettre les bouchées doubles : en Irlande, on a réduit les salaires des fonctionnaires de 10 % et leur nombre de 9 %, en Italie Mario Monti a avalisé un plan d’austérité de 30 milliards d’euros, comprenant une augmentation de l’âge de la retraite portée à 66 ans pour 2018 mais aussi des augmentations d’impôts.  Au Portugal, on a augmenté fortement les impôts et réduit drastiquement les dépenses publiques. En Espagne, Mariono Rajoy a agi de même et  réduit ainsi le coût du travail de 20 %.  A l’exception de la Grèce, qui remporte certainement le record en terme de politique d’austérité, la deuxième place revient à la Grande Bretagne dirigée par Cameron : suppression de 700 000 postes de fonctionnaires sur cinq ans, gel pour deux ans des salaires de la fonction publique et réduction des budgets ministériels de 19 %.

    Et la France, me diriez-vous ? Elle est revenue partiellement sur la réforme des retraites de Sarkozy, compte embaucher plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires et se contente d’augmenter les impôts ( les entreprises, les ménages ) sans jamais toucher aux dépenses publiques. Oh bien sûr, certains me diront que les politiques de rigueur ne fonctionnement pas, qu’elles ne font qu’aggraver la situation des pays concernés. C’est vrai et faux à la fois. C’est vrai dans le sens où les augmentations d’impôts massives qui ont été votées ont grevé le pouvoir d’achat des ménages, des entreprises et donc augmenté du même coup les déficits sans les réduire. Nous en avons déjà parlé dans un article précédent concernant Mario Monti.

    Néanmoins, cela est faux lorsqu’il s’agit de réduire les dépenses publiques. D’autant que dans le cas français,  il y a de quoi faire : plusieurs centaines de milliers d’élus, un millefeuille très lourd, une bureaucratie paralysante et tatillonne à l’excès, un nombre trop important de hauts fonctionnaires et même de fonctionnaires, plus particulièrement dans les collectivités locales, des gaspillages à tous les niveaux innombrables, un mépris total de l’argent public par les élites politiques… saviez-vous que ces gaspillages mais aussi divers privilèges désuets à eux seuls pourraient représenter entre cinquante et cent milliards d’euros ? C’est ainsi que sans le savoir, les français paient deux cents milliards d’euros d’impôts de plus que les allemands qui pourtant, sont bien plus nombreux ! Et nos amis allemands, qui sont proches de l’équilibre budgétaire,  s’apprêtent à réduire leurs impôts alors même que la tranche maximale d’imposition ne dépasse pas 45 %, à comparer aux 75 % voulue par Hollande. La France ne pourra pas se contenter d’une réforme concernant le cumul des mandats, certes nécessaire : elle devra aussi innover en réduisant son nombre d’élus, en supprimant les régions et les départements pour en faire de grandes provinces, en supprimant ses administrations pléthorique, en diminuant son nombre de hauts fonctionnaires, tout en consacrant lesdites économies à la recherche, l’innovation, l’investissement qui permettra à la France de rebondir les années suivantes. Auquel cas, elle subira un réel déclassement qui pénalisera le plus les jeunes générations.  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :