• La croissance tirée par les pays émergents, osons en profiter !

    On entend souvent les responsables politiques français, principalement issus de l'ENA, nous répéter à chaque fois qu'on les interroge sur la situation économique que traverse la France : " nous prenons les mesures nécessaires en attendant le retour de la croissance "

    Pourtant la croissance mondiale est bel et bien là ! Ainsi, grâce aux pays émergents dont la part dans l'économie mondiale ne cesse d'augmenter, celle-ci croîtra de 3 à 3,5 % cette année http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/04/18/20002-20130418ARTFIG00412-les-emergents-au-secours-de-la-croissance-mondiale.php  sans oublier bien sûr les échanges intra-émergents qui se multiplient. Ainsi, les brésiliens comme les malaisiens et les chinois investissent en Afrique, favorisant ainsi le développement économique et la création d'emplois. Les pays asiatiques comme la Birmanie ou le Viet Nam bénéficient eux aussi de cette manne. Par ailleurs, les classes moyennes ne cessent de s'élargir : si 800 millions de personnes disposent d'un revenu par tête de 10 à 100 dollars par jour en terme de parité de pouvoir d'achat, elles seront 2,2 milliards en 2020 !

    On constate aussi et surtout la supématie de l'Asie, tirée par deux locomotives, la Chine et l'Indonésie, qui devraient respectivement atteindre une croissance de 8 % et 6 % cette année. Les autres économies asiatiques ne sont pas en reste, avec une croissance de 5 % environ. Sans oublier l'Amérique latine, qui disposent de plusieurs locomotives : le Pérou, disposant de la croissance économique la plus forte, le Chili, le Mexique mais aussi le Brésil.

    Bien sûr, l'année 2013 comme l'année 2014 et les suivantes seront celles des pays émergents, qui ne cessent de gagner des parts de marché et de se développer, face à une Europe vieillissante et déclinante. L'Europe serait-elle à l'écart de ce mouvement ? Pas vraiment, car les pays émergents comme le Qatar l'illustre à merveille investissent massivement en Europe. Autrement dit, tout le monde profite plus ou moins de la croissance de l'économie mondiale, même si les pays émergents sont les principaux bénéficiaires.   

    Alors, pourquoi la France ne se porte pas aussi bien que certains pays européens qui vont mieux, à l'image de la Suède, de l'Allemagne ou même du Canada, de l'Australie, de la Nouvelle Zélande ? L'euro qui est surévalué en est une des causes, mais aussi l'incapacité à mener des réformes structurelles et à encourager les talents à rester et venir en France. Les qataris, les chinois, les indiens, les latinos aiment la France entre autres : pourquoi les empêcher de venir créer des entreprises et des emplois chez nous ? Pourquoi refuser les très diplômés originaires de ces pays ? La simple mesure consistant à réformer la fiscalité des non résidents en proposant à tous ceux qui veulent s'établir en France de payer un droit d'entrée de       180 000 euros en contrepartie d'une exonération d'impôt sur le revenu permettrait au trésor public de percevoir 360 milliards d'euros si deux millions de personnes venaient sur le territoire... le tout au service du desendettement ! Sans oublier le fait que ces dernières vont investir dans l'immobilier, consommer des produits et service, créer des emplois par leur seule présence et même grâce aux entreprises qu'ils contribueraient à financer et à créer ! Autrement dit, l'Etat serait gagnant !

    Bien sûr, il conviendrait de mettre en place d'autres mesures que celle-là... néanmoins, vu l'image positive qu'ont de nombreux peuples à l'égard de la France, il semble évident que beaucoup souhaiteront s'installer en France et y investir, le tout étant de les y inciter, comme le font les anglais, les canadiens ou d'autres peuples d'ailleurs. C'est ainsi que l'on pourrait réellement capter la croissance de l'économie mondiale à notre profit.  

     

     

               


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :