• La gauche plus libérale que la droite

    La gauche arriva au pouvoir suite à la dissolution de 1997 grâce à un certain Lionel Jospin, qui devient alors chef de la majorité dite plurielle, rassemblant communistes, socialistes et écologistes. La politique menée est bien plus libérale que la précédente : privatisation de l'énergie, des télécoms, de la poste, du rail, par le biais des traités européens. On se vantait même dans le Monde que Jospin privatisait plus qu'Alain Juppé !  Le cours de la Bourse s'envola et atteint un sommet historique : les 7000 points. 

    Les choses ont-elles changé sous la Présidence Hollande ? Le traité budgétaire tant décrié a été ratifié sans qu'une virgule en soit changée, tout comme le crédit d'impôts via le pacte de compétitivité, l'accord de flexibilité entre patronat et syndicats, sans oublier la réduction des dépenses publiques de 60 milliards, par le biais du non remplacement de deux fonctionnaires sur trois dans certaines administrations. D'autres réformes pourraient suivre, notamment concernant la formation professionnelle et d'autres sujets. Quant aux impôts, ils devraient diminuer à partir de 2016.

    Il pourrait sembler assez cocasse que la gauche mène une fois au pouvoir une politique plus libérale que la droite elle-même. Pourtant, historiquement, les libéraux étaient situés à gauche de l'échiquier politique, tout au long du XIXème siècle. Ils se sont opposés au travail des enfants, ont permis l'établissement du droit de grève, la constitution de syndicats... sans oublier les caisses d'épargne ! Qu'en est-il dans le reste du monde ? C'est Bill Clinton qui fit la réforme du Welfare State. C'est Tony Blair qui poursuivit les réformes initiées par Thatcher. Ce sont les travaillistes néozélandais qui ont modernisé en profondeur leur pays. Ce sont les libéraux canadiens ( politiquement à gauche ) qui modernisèrent leur pays et en firent un modèle. C'est enfin le chancelier Schröder qui fit les réformes permettant de redresser son pays, l'Allemagne. Un peu comme si au fond, l'opinion publique avait plus confiance, accordait plus de légitimité à un gouvernement de gauche pour mener les réformes nécessaires, sans avoir le sentiment que celui-ci créerait des inégalités, des injustices...  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :