• Les centres commerciaux et le retour du boomerang

    Dans les années 1960, on accusait les commerçants, les artisants de pêcher par corporatisme, de défendre une France hostile au changement, à la modernité, comprendre la création des supermarchés, entre autres. Ils ont perdu leur combat et les centres commerciaux se sont développés en nombre. On nous a expliqué dans les médias que c'était formidable, mais que c'était aussi le symbole d'une nouvelle ère dédiée à ces temples de la consommation.

    Aujourd'hui néanmoins, ceux-ci ont littéralement tué le petit commerce de proximité, à tel point que les cafés, les restaurants, les librairies, les épiceries, sans parler des boutiques de mode, ont progressivement mis la clé sur la porte, ne pouvant pas faire face à la concurrence frontale créé par ces géants que sont Carrefour, Leclerc, Casino, etc... Autrefois lieux de vie, de convivialité, créateurs de lien social fort unissant les habitants d'un quartier, ils ont laissé la place à des fast food, des succursales de compagnie d'assurances ou des banques. Pire : ils se font des marges plus que confortables sur le dos des producteurs, obligés de vendre à perte.

    L'exemple récent de Virgin qui a tué de nombreuses librairies partout où il s'est implanté à travers la France montre que les commercants tiennent leur revanche : Virgin vient de subir un réel retour de boomerang en raison de la désaffection de la clientèle qui préfère des librairies de qualité ou encore l'achat par internet. Par ailleurs, les centres commerciaux sont eux aussi victimes de leur logique, certains récemment créés que ce soit le Millénaire à Aubervilliers ou encore Confluence à Lyon sont boudés par la clientèle locale. Les commercants tiendraient-ils enfin leur revanche ? Le modèle des centres commerciaux finira-il par s'écrouler à leur profit ? Affaire à suivre, donc; même si le retour des lieux de vie d'antan est à souhaiter.  


  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Janvier 2013 à 18:28
     Bonjour,le problème est que tant que le client potentiel se comportera comme il le fait en ce moment cela continuera,en effet pour la majorité ( hyper égale pas cher) ce qui est totalement faux.Ayant moi même subit ce genre de comportement ,je ne peut que le dénoncer.Comparer les prix ainsi que la qualité du produit et vous verrez que ceci n'est pas toujours au désamiantage du petit commerce. Merci à toi Lama de soulever ce problème qui devient crucial.
    2
    Lama1983 Profil de Lama1983
    Mardi 8 Janvier 2013 à 21:29
    Hé oui en vérité les parkings sont gratuits pour les consommateurs mais pas pour les magasins présents dans les galeries marchandes qui paient plein pot et facturent la différence à leurs clients, du coup ces derniers sont les dindons de la farce ! Chez des indépendants, ils paieraient moins cher, s'en rendent-ils compte ? Je pense que l'heure arrivera, tôt ou tard, de la fin de ces grandes surfaces...les français reviendront vers des valeurs sûres !
    3
    DDD
    Mercredi 9 Janvier 2013 à 21:26
     

    Bonjour.




    Dans cet article, il me semble que vous confondez deux choses, la disparition du petit commerce tué par la grande distribution, réalité économique couramment admise, mais pas toujours juste et la désertification des centres villes et des village par la disparition du petit commerce.




    La « Grande distribution, n'a pas tué le petit commerce, elle l'a simplement obligé à s'adapter.


    La plupart des enseignes de grande distribution, sont en réalité des groupement de petits commerçants indépendants qui mutualisent leur achats, leurs publicités, leur manière d'accueillir leur clientèle et de gérer leurs salariés.


    En effet seuls quelques enseignes appartiennent à des entreprises souvent internationales, mais la plupart d'entre elles, casino, carrefour, aldi, lidl ont conservé des succursales ou développé des commerces de proximités présents dans les centres ville ou les villages.




    Ce qui a désertifié les centres villes et les village est le déplacement de la zone de chalandise Le chaland maîtrisant ou croyant maîtriser ses moyens de transports préfère toujours à dépenses égales, se déplacer en un seul lieu d'activité. Maison pour dormir, zone commerciale pour faire ses courses,


    Les villes et villages d’antan n'ont pas su s'adapter à cette évolution du comportement des chalands.


    Les urbanistes ont mis trop longtemps à comprendre cette évolution, ce n'est que trop récemment qu'ils ont compris qu'au lieu de lutter contre la désertification des centres villes et des villages, il était préférable de construire les habitations autour des centre d'activités.




    Nous avons à peine commencé cette adaptation, que déjà notre comportements collectif change, le commerce doit s'adapter à l'i commerce, les points de vente deviennent inutiles, la plupart fermeront, le travail à domicile et les services à domiciles, l'augmentation exponentielle des coûts de transport, vont demander encore une fois l'adaptation de nos villes et villages. C'est peut être par la que se refera la reconquête des centre villes,des villages et hameaux de campagnes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :