• Mettre fin à la ghettoisation des quartiers

    Bien sûr, je suis conscient des raisons qui ont poussé les hommes politiques à bâtir des villes nouvelles ou même des quartiers composés de grands ensembles, que ce soit dans la banlieue parisienne ou dans des villes comme Marseille, Toulouse ou Grenoble : il fallait faire face à l'explosion démograophique que connut la France lors des Trente Glorieuses http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu01081/la-construction-des-grands-ensembles-a-la-peripherie-des-grandes-villes-la-remise-en-cause.html

    Seulement, avec le recul que nous en avons aujourd'hui, quelle erreur monumentale ! A l'origine, il était question de créer une sorte d'utopie sociale, où cohabiteraient, dans un seul et même quartier, des personnes de milieux différents, aussi bien défavorisés que favorisés. Le nom qu'on retient principalement derrière ce type de projet idéaliste est celui que d'aucun surnommaient le Corbusier http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Corbusier

    Ainsi, des professeurs d'école, d'université, mais aussi des cadres, ingénieurs, se sont installés dans ces grands ensembles. Néanmoins, très vite, suite au choc pétrolier, ces quartiers ont mal tourné http://www.depresdeloin.eu/2010/07/la-villeneuve-de-grenoble-du-reve-au-cauchemar/ les couches supérieures ont commencé par quitter le quartier, suivies ensuite par les classes moyennes, excédées par la délinquance. Du coup, ces quartiers se sont encore plus ghettoisés et sont le théâtre la nuit d'affrontements violents.Ainsi, au Mirail à Toulouse, on peut entendre des coups de feu en pleine nuit !

    L'erreur sans doute a été de concevoir des quartiers avec de tels grands ensembles qui les ont complètement repliés sur eux-mêmes et qui ont du même coup, favorisé la délinquance, le sentiment de ghetto urbain. Le maire de Toulouse de l'époque reconnait lui-même avoir échoué http://www.histoire-immigration.fr/la-cite/le-reseau/les-actions-du-reseau/2009-journees-europeennes-du-patrimoine/la-cite-du-mirail-a-toulouse au lieu d'être des lieux de vie, ils sont devenus avec le temps de véritables verrues pour les villes où ils se trouvent, foyers de chômage, d'exclusion mais aussi de délinquance, car s'y trouvent des traficants de drogue, qui ne cessent d'intimider la population.

    Il aurait mieux valu bâtir des immeubles plus petits, accessibles pour les automobilistes comme pour les piétons, sans aucune dalle, bref comme un quartier résidentiel classique, qui mélangerait logements sociaux avec des immeubles résidentiels, mais aussi de standing, quitte à ce que ces quartiers soient plus étendus. Il aurait fallu aussi créer de véritables commerces de proximité de toutes sortes, aussi bien bon marché que moyenne gamme, mettre en place des structures publiques comme des commissariats, etc... en vue de mieux lutter contre la criminalité.    
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :